Galle du chêne

Eugène Leroy, Nu, non daté



























Le fruit est volumineux et sec.
C’est une maladie, me dis-tu, et
je suis bien incapable de te croire.

Je remarque les feuilles de chêne
qui le coiffent mais j’affirme que
c’est autre chose. Un autre fruit.

Je tourne la ramille entre mes doigts,
ses feuilles tavelées. Je dévisage
le fruit méconnaissable. Quelque chose

a pondu en lui, et s’y abrite et
s’en nourrit. Ce qui avait du poids,
qui était solide, est devenu ténu


et cassant. Entre nos mains passe
la petite sphère, son vide dur,
plein d’un silence qui en dit long.