Méditation debout

On se recueille quand on marche.

On fait « régime de silence », oui
mais aussi je veux dire : on agrège,


on consigne parmi la complication
des rapports les segments significatifs.


Dans le silence méditatif assourdissant
on cherche un sens à l'histoire.


Mais parfois marcher déçoit,
n’est qu’un mardi gras de pensées,


une polyphonie dissonante de considérations
qu’on promène : on laisse pisser ce chien,


et mille fois le même chemin pratiqué,
mille fois le même chemin varie du tout au rien.

Aucun commentaire: