dans la chair

l’espace-temps de nerfs immiscé

entre le point d’orgue d’une peine

et son cri

expose au simulacre ce cri,

peine si aiguë

qu’aucune ligne de mots n’y tient

et qui émoussée n’en supporte plus.

Aucun commentaire: