Matériel

Un livre est à l'homme sa
taxidermie. Son image, que sa
parole tanne, survit tendue
 
sur ce mannequin de la voix,
matériel pérenne de substitution
de la matière fragile d'une vie.

2 commentaires:

Christine Saint-Geours a dit…

Je connais un taxidermiste prodigieux, il fait des merveilles. C'est un vieux monsieur très méticuleux. Il a guidé la main et l'apprentissage de nombreux élèves. Souhaitons que le métier ne soit pas en perdition...

Stéphane Bernard a dit…

Peut-être qu'une résurgence occidentalisée de l'art jivaro des tsantzas renouvellerait cette discipline. Ça décorerait nos pièces et désengorgerait nos cimetières. Je n'ai aucun trophée de chasse mais je veux bien croire que deux ou trois mignonnettes humaines sous cloche de verre seraient du plus bel effet.