L'anguille

Un matin très tôt — le soleil en est encore rouge —
elle repose dans le sable. Avec son œil, bouton du Rien.
Avec son trou au côté, sceau du tumulte de la nuit.
 
Et puis la marée va, vient. L’estran nu est à nouveau
net. L’ardoise est effacée. Les eaux ont repris au
sable et cette flèche visqueuse et froide et sa direction.

Aucun commentaire: