Ecope

L’inutile nécessité
de la poésie,
comme une écope

dans un naufrage,
me comble.
Je retourne à la mer.

1 commentaire:

Christine Saint-Geours a dit…

Magistral, je garde le poème et l'écope !