Muscle

C’est le même muscle celui
que tu n'exerces plus à
introduire en toi le bien
 
et celui qui par cela même
atrophié te condamne à manquer
de la force d'en extirper le mal.

2 commentaires:

Unknown a dit…

Bonsoir Stéphane,
Christine m'a remis tes (vos ? ) deux ouvrages. Bah ! Disons "tu". Je vais lire et j'envisage un article sur Salle d'attente. J'aime cette forme aphoristique. J'ai aperçu de très bons textes aussi dans l'autre livre. Je t'en dirai davantage. Bonne soirée.
D

Stéphane Bernard a dit…

Merci, Dominique !