Bain

À peine ce flou des arcades et du nez.
À peine le sifflement mat du cerveau

approvisionné. Et mes mains ne sont
 
plus à moi mais des pinces à livre plantées
dans l’eau, et conduisant à la pleine
présence hypnotique du livre tenu.

Aucun commentaire: