Une pie

Mes yeux sont rivés sur l’arbre nu
comme des bourgeons loin de lui.
 
Et c’est tout mon système nerveux
que je crois voir là planté dehors,
 
entre deux immeubles et haut de
trente mètres. Oui, tout le bouquet
 
de mes nerfs hibernant là dehors,
sans moi. Et sous le piétinement
 
d’une pie qui n’est aucune pensée.