Ce que l’on ne nommait peut-être pas

Cette épaisseur entre toi et moi —
et qui maintenant sous nos draps
arrête ma main, mon pied —,
elle m’interdit de te retoucher,
de recoller à toi. Et de réparer
ce que l’on ne nommait peut-être pas amour.
 
Cet intervalle infranchissable,
insécable qui me perpétue
dans l’immobilité, l’indécision.
Et qui plus que d’éléments de lâcheté
est constitué de particules d’orgueil,
de l’espace vide et dur de l’orgueil.

Aucun commentaire: