Les tendances


Amendement – Le penchant originel de l'homme pour la génération incestueuse était une garantie que se proposait la nature à elle-même en réparation de cette faute grossière : l'avoir mis au monde. Non pas un antidote illusoire à sa création erratique, un préservatif tardif ; néanmoins un frein à son perfectionnement nerveux, emporté, une sape biologique et psychique en vue de l'empêcher – comme elle avait instantanément pu le pressentir – qu'il la soumette avant de la détruire. Mais cette précaution ne fut pas non plus exempte de failles ni de tares. L'homme, par quelque révolution de sa raison par elle imprévue, curieux de sa condition, imposa un codicille à leur pacte. Ainsi l'homme proscrivit l'inceste dans presque toutes ses cultures dès qu'il eût décidé d'évoluer plus loin que sa branche, sur une plus haute, pour voir. La nature s'effraya quand elle le vit passer à la branche supérieure.


Un grand Non – Ma mère aura mis plus de vingt heures à m'évacuer : c'était un grand Non que déjà je revendiquais silencieusement avec ses douloureuses lèvres closes. Il m'aura donc fallu à mon tour plus de quarante années pour mettre bas cette phrase qui dit tout ce que je suis.


Les tendances – Le choix extrême d'une exclusive technique de vie, choix voué selon Freud à un très grand risque d'échec, satisfera bien pourtant au moins une de mes deux tendances ici décisives : la mégalomanie érémitique ou l'autodestruction spectaculaire. S'épanouir dans une voie plutôt très étroite est un vertige aussi jubilatoire que le châtiment de n'y être pas parvenu et qui verse le vaincu au gouffre qu'elle jouxte et domine.


L'annonce – Je découvre cette poignée de vers de Pizarnik. Je les trouve fort beaux. A cause peut-être de leur lucidité comme noyau d'une très chirurgicale autodépréciation. Je fixe la photo en noir et blanc en regard du poème. La photo d'une jeune femme. « Ma tête à couper qu'elle s'est suicidée », pensé-je, presque comme si elle me l'annonçait avec ma propre bouche.


Noir de monde – Quel noble geste c'eût été qu'une âme lucide et âpre, dans cette foule stupéfiée, revendique quelque minute de silence à la mémoire de tous les immolés que cette longue langue suspendue de béton et d'acier, prouesse technique aujourd'hui célébrée, aura inspirés dans l'espoir d'une mort meilleure. Car il est inestimable que toute basse cité grouillante possède son pont, dont la plus haute fonction traversière est de mener l'homme de cette rive à l'autre.


Résistance – Vous sentir dans un clan vous tient chaud. Les autres, à moi aussi, me sont une épaisse couverture. Mais une électrique. Une dont on ne jurerait pas que l'un de ses inéluctables courts-jus ne va pas se mettre à nous cuire ou fondre d'un coup. Voilà pourquoi, contre le clan, j'acquiesce à la, quoique froide, fiable unité de l'isolement.


L’outil – De cet instant où je pense cette certaine pensée à cet autre où je la note, il y a l'outil, dit aussi homme, celui pour qui être de cette pensée à cette note, signifie interroger, enquêter, récolter l'indice, au point qu'il croie que ces deux-là sont encore lui.


Invouloir – Il ne désirait plus, et ce obstinément. Il invoulait, avec pour fin l'inaugural délassement que procure ne plus rien posséder, et cet autre qui le suit, plus primordial et s'y annexant, de n’être possédé de rien.


(D'autres extraits de ce Supplément à la Salle d'attente dans le n°70 de Diérèse)

Aucun commentaire: