Bleu spéculaire

Mon père avait rapporté et peint en blanc et bleu
une petite caissette de bois
pour qu'on y range les accessoires de bain de ma sœur.
Du même bleu il avait écrit JULIE
 
et tracé cinq pétales autour du point du i
qui figuraient une spéculaire ou un soleil bleu.
 
Cette boîte est la dernière chose d'elle qui est longtemps restée après sa mort.
Chaque matin je faisais ma toilette.
J'inspectais ma peau, mes dents, mes cheveux, mes yeux,
et tout au fond du miroir, par-dessus mon épaule, EILUJ me fixait.

1 commentaire:

Alen Leoz a dit…

Commentaire difficile avec vous Christine.
Long, court, c'est impeccable (mais au sens où Bach l'est). J'espère qu'après cette référence vous accepterez le beau terme de métier, que si peu méritent.