Petit déjeuner de mort

Je peux pas regarder je peux juste filmer, dit-elle
avec au bout du bras
des images qui tremblent.


La vidéo du camion qui fonce sur la foule.

Ou la vidéo des conséquences du camion
qui fonce sur la foule.


Au petit bonheur la chance. Les uns sont pris,
emportés, les autres ont déjà une idée de l'exclusivité.


« Objets du massacre du 14 juillet, prix à débattre »

Je regarde. Tout. Homme somme toute ordinaire
à son matin.


Son petit déjeuner de mort.

*

Minute de silence.

Minute des crépitements d'appareils photographiques.

2 commentaires:

Murièle Modély a dit…

une main est aussi un poing, cela prend tout son sens ici.
remuée.

Stéphane Bernard a dit…

Merci de ton passage, Murièle.
Et oui cette main commençait à manquer de la gymnastique du poing.