composition d’un reste

ce trou noir édenté c’est tout ton rire, fille.
dans cette bouche ronde et rouge demain
se lèvera comme une aube l’émail aigu
qui pour une poignée de jours te fera mordre l’air de rire.
 
plus tard flétrie d’illusions comme datte sèche au soleil
ta bouche se déchaussera prête enfin à s’allonger et se taire.
le trou noir se rouvrira plein du silence cette fois
qu’aucun père ne voudrait entendre au lieu de tes rages.

6 commentaires:

Dominique Boudou a dit…

Continuez à composer, accommoder ces restes ; ils le méritent.

Stéphane Bernard a dit…

Merci, Dominique. (Je vais essayer :) )

Kohnlili a dit…

Liberté que deviens-tu Qui étais-ru Pourquoi me parlais-tu A qui doit-je m'adresser Seuls tuyaux de sortie ma bouche mon accordéon Profonde insomnie mon grand mon doux les dadais mes petites aux cuisses pensantes ô liberté caressée, en fuite et ne pas exactement penser

Bardeau Jan a dit…

Ben moi aussi, j'aime ça.

Stéphane Bernard a dit…

Merci, Jan !

Bardeau Jan a dit…

You're welcome.