coucou

après une nuit tourné et tourné
sur le sommier des nerfs
sentir le jour pousser en soi
la lénifiante sève,
rendre la nuit,
ankyloser les branches des membres
jusqu'aux bourgeons des doigts et des yeux.
remourir dans le coucou
au psaume désuet,
qui loin dehors,
avec rare chant
décrète l'heure du soleil revenue.

Aucun commentaire: