les mots rouges

c’est plusieurs fois par semaine maintenant.
une petite note écrite en rouge,
bien en évidence sur le sous-main de son bureau.
un reproche, l’aveu d’une déception.
les dernières syllabes en capitales.

puis c’est le silence abyssal à table à l’heure du dîner
où personne ne parle, ni ne parlera.

et cette appréhension double maintenant
quand il rentre de l’école

et qu’il pousse la porte de sa chambre et qu’il a faim.

Aucun commentaire: