souffrir

la souffrance décale.

l’être souffrant se trouve alors l’esprit et l’âme si mal ajustés
qu’il peut de son esprit voir l’âme.

et de ce décalage,
de cette vision,
naît en lui un autre mal,

et qui dure
tant qu’il n’a pas compris qu’il lui était un bien.

après quoi,
tout lui va.

puisqu’il sent que c’est cette douleur d’être qui le crée.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Que la lumière fut et la lumière soit...

Anonyme a dit…

Merci Stéphane!
Que ce décalage continue de vous inspirer!
Fraternellement
Josette Larue-Tondeur.

Stéphane a dit…

Merci, Josette, pour ces vitamines !