les amitiés défuntes

les amitiés défuntes sont étranges.
un jour, nos airs changent.
une histoire de goûts, de localités.
c’est involontaire, désiré.
enfin, nous ne nous voyons plus.
et c’est seulement parfois qu’on se le dit,
et lui, où est-il quand j’y pense ? mort ?
y pense-t-il aussi ? plus que moi ?

et puis le temps.
l’irréductible temps.
le temps qui chaque fois qu’il bâfre l’un
ponctionne l’organe
qui fut entre nous le chemin.

3 commentaires:

thoams a dit…

ce serait comme récolter des fleurs fanées...

Charles a dit…

ou recoller de jaunâtres photos déchirées...

Anonyme a dit…

Ou apprivoisée une libellule...