tu n’as pas la main

tu n’as pas la main, non.
ça ne se joue même pas à peu de choses.

tu veux tout dire.
t’arracher au mensonge.

et c’est toute la chair qui vient avec le masque.
parce qu’il date. ou qu’il est tout.

tout vient, mêlé.
rien n’isole, depuis l’ongle de bête

jusqu’aux paumes jointes.
tu souffres avec. tu ne serais pas homme sans.

3 commentaires:

Le Seuil a dit…

Un commentaire sur le blogue de Thomas Vinau (Une journée idéale) pour voir apparaître le vôtre, que j'ai avalé cul sec, sans cérémonie. Un belle randonnée au milieu de vos terres fertiles, une rencontre inattendue de l'autre côté de l'Atlantique, en ce petit matin glacé de fin janvier. En souhaitant que vous ajoutiez d'autres notes, je vous ai ajouté à mon blog roll.

Louise Langlois
Québec,Québec

Stéphane Bernard a dit…

Merci, j'en veux des comme ça tous les jours ! Et oui, il y aura de nouveaux poèmes bientôt. Mais en ce moment je joue au romancier : aïe !

Le Seuil a dit…

Merci pour les nouvelles parutions, romancier ;-)