pétrole

comme lui tu as été, Giuseppe.
une flaque de ténèbres, écris-tu.

vieille lampe repue de pétrole.

et c’est à l’espoir de rompre qu’il doit encore de veiller,
c’est à cette marée noire que pompe sa flamme.

et puis l’enfant passe, rayonnante – un éclair !

et l’embrase ou s’y noie.

Aucun commentaire: