fouilles

tu apprends à compter les fourmis
avec ton père en riant quand une main décidée
vous tire l’un loin de l’autre.

un mur aggloméré d’heures, de silences, d’écarts
se bombe à votre frontière sans haine.
sans même l’espoir de la haine.

cette main : une force aveugle, omnisciente.

et tu fouilles, creuses, à côté ou en toi,
guettant le découvrement d’une arme
plus ancienne que le mur, susceptible de le briser.

Aucun commentaire: