croissance de la nuit

le soleil tombe dans la baie.
il ne fait pas nuit.
le jour est simplement devenu sombre.
sombre au point qu’on ait du mal
à faire d’une silhouette
un homme ou une femme.

la plage. la mer très basse.
à gauche, deux vieux pêcheurs, immobiles
les pieds dans l’eau.
à droite, une fillette et un jeune garçon
chahutent et pataugent.
entre ces deux couples un troisième
avance main dans la main vers l’océan.

plus tard. dans une cabane.
parce qu’il pleut. six personnes.
chacune des trois filles
a un petit chiot sur les genoux ;
trois garçons fument, boivent.
tous nous taisons.
tous regardons des chiots
se disputer le corps d’autres chiots,
pour s’y endormir.
et des bougies éclairent tout ça.

sur le port de pêche. plus que deux.
assis sur le quai nous regardons. silence.
des pêcheurs pêchent.
nous buvons du vin sous un fin crachin.
un phare vert, à gauche,
estompe sa lumière dans l’eau calme.
la mer, la sienne est noire ;
un phare rouge, à droite, y ondoie son éclat.
les digues sont les bras des phares
et de temps en temps une mouette
transperce
de sa blancheur surnaturelle
cette toile.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

L'avez vous peint ?