coquille

elle vient me chercher parce qu’elle a peur de l’abîmer.
je le découvre au commencement du siphon de la fontaine.
elle l’a vu c’est qu’elle le voulait.

il passe la nuit dans une bassine rouge sous un carton que j’ai troué.
mais il tombe une pluie drue et au matin il n’est pas au mieux.
l’herbe offerte n’y a rien fait.

ma fille disparaît en courant i faut lui trouver un ami !
je le sors le pose sur la pelouse encore gorgée de pluie.
il bave. réapprend à vivre.

ma fille revient papa, papa ! l’écrase sans le voir.
je lui cache la vérité le drame. la distrait.
et recueille l’animal et le jette encore très peu vivant dans une haie.

quand j’ose lui avouer que j’ai libéré sa bête à cornes
parce que tu sais il devait être malheureux là dans sa cage
elle pleure parce qu’elle m’en veut.

et je suis heureux qu’elle m’en veuille.

Aucun commentaire: