le paradis terrestre

avec rien sur son corps étendu
qu'un simple jean et le soleil d'avril
poitrine chauffée à blanc
sa main dort sur son Shelley

et puis c'est tout le corps qui s'endort
éteintes les rumeurs une dernière pensée
le dernier vers lu
tant que les heures calmes se traînent, rêve

Aucun commentaire: