fils

cet après-midi de mes quatre ans
où tu m'emmènes dans un appartement dégarni
d'une avenue bourgeoise de notre ville,
où seuls, attention, petit !
un imbroglio de fils,
une porte close où vont ces fils.

et tu embrasses et pinces des inconnus
et me regardant vous riez
et je regarde au dehors la rue,
les minuscules passants,
et dis papa travaille
et vos rires cessent.

Aucun commentaire: